Rêveries équestres

Emotions équines, précieuses perles du collier qui pare notre relation

14 Février 2017, 16:37pm

Publié par Armelle Perrot

Fin de parcoursJe ne suis qu’émotions, Présence également. C’est une jument émotive, vibrante, une fragile guerrière qu’une caresse peut mener au feu.

Février prépare le printemps. La jument est sereine, souple, propulsive. La monter est un moment de bonheur attendu quotidiennement. Je la ressens comme elle me ressent et un souhait à peine pensé est entendu et donné. Souplesse et relâchement. Jusque sur les barres. Toujours un peu cheval de guerre, mais c’est sa signature.

Nous n’avions jamais fait de in-door. Je savais que la jument allait être déstabilisée la première fois. Alors, c’est fait, j’engage une préparatoire en manège.

Quelques jours avant notre premier concours de cette année, les ovaires reprennent leurs droits. Et c’est une jument bien ovarienne qui embarque ce dimanche. 

La détente se fait en manège. La jument est fraîche. Comme le concours a du retard, je prends le temps. Petit à petit, Présence se relâche, oublie de regarder à droite et à gauche. Seul le galop à gauche est compliqué.

Vient le moment d’aller dans le paddock de détente et d’aller sauter. Présence est heureuse. Se rapproche de la barre et frappe sa foulée d’appel. Monte le garrot. De bons sauts et le galop à gauche devient bon. Elle est joyeuse et généreuse. Ses émotions sont toutes chaudes et la monter procure des sensations énormes.

C’est l’heure de la reco. Petit manège et ça tourne, ça tourne avec en prime un directionnel et un triple. Si la jument garde ses émotions au vert, cela devrait le faire. Si elle se laisse envahir par ses mêmes émotions, cela risque de devenir plus compliqué. Car elle va perdre sa qualité de galop, piquer ses allures, perdre son saut. Si vraiment elle se laisse dominer par sa peur de la nouveauté et par le côté enfermé et sombre de ce petit manège, elle peut aussi s’arrêter. A voir. 

Entraînement horse ball

Entraînement horse ball

La cloche sonne. Je me mets à cheval. Trot, galop, un vertical, un oxer. Parfait. Nous voici à la porte.

Nous rentrons dans le manège. Je suis sonnée de suite, mais prends le temps d’aller promener la jument dans le manège. Elle reste zen et cela me rassure. Galop à droite et je l’emmène vers le numéro un. Elle freine un peu et je rapproche mes jambes. Le un passe. Le deux à droite. Je sens la jument se contracter et freine. Refus. Je la connais quand elle refuse, c’est qu’elle n’est pas rassurée. Ses émotions commencent à la dominer. je la rassure et lui représente le deux. Qu’elle saute. Le trois va à peine moins bien, le quatre en pire.

Et au fur et à mesure, la jument se contracte. Jusqu’au directionnel. J’arrête la jument. Ellene saute pas au milieu de ses barres, pas de train. Elle saute contracté. Le triple risque d’être plus que difficile et je ne veux pas emporter un chandelier et affoler la jument. Nous sortons. Les émotions l’ont emporté et ma guerrière s’est déballonnée devant la nouveauté. 

Malgré tout, c’était un bon moment. Dans quinze jours nous allons engager un grand prix sur une carrière connue d’elle et en extérieur. Puis nous reviendront sur du in-door.

Ce sont les mêmes émotions qui la font gagner ou perdre. Ce sont ces émotions là aussi qui la font se dépasser comme elle sait le faire. Alors il faut aussi accepter que ces mêmes émotions, des fois, nous mettent dans la difficulté. Je sais aussi, qu’à certains moments, il faut arrêter et sortir avec une caresse. Perdre comme si nous avions gagné, et changer l’inquiétude en confiance pour que la prochaine fois, ces si belles émotions, nous soutiennent au lieu de nous entraver.

Commenter cet article

Gaëlle 20/07/2017 17:29

C'est très, très joliment écrit,avec la mise en avant d'un état d'esprit qui va dans le sens du cheval. Certaines personnes relativises les échecs en compétition pour se rassurer et ce dire que "on fera mieux la prochaine fois, sans vraiment avoir le courage de décrypter ce qu'il c'est passé.. Mais ici, je ne ressent pas cette état d'esprit dans ce que tu as écrit. Comprendre et réaliser que nous ne sommes "que humain", qu'ils ne sont "que cheval", et accepter de prendre le temps, c'est très rare de nos jours

Armelle Perrot 21/07/2017 20:18

Merci. La compétition c'est la cerise sur notre gâteau personnel. Enfin pour ceux qui aiment. Pour moi, ce n'est pas une finalité, et l'on n'est jamais en concours qu'avec soi-meme... et son cheval. Un bon moment qui doit se faire dans la facilité car tout a été travaillé à la maison. Ce qui n'était pas le cas ce jour là. À retravailler donc

Loulou26 22/05/2017 13:16

Vous êtes instructrice ?

Loulou26 12/05/2017 17:17

In-door ?

Armelle Perrot 13/05/2017 13:01

En manège

Loulou26 24/02/2017 10:56

Dommage... Pourtant cette jument n'a pas l'habitude des concours ?

Loulou26 22/05/2017 13:12

Certes c'est en faisant que l'on apprend mais comme je l'ai dis il y a très peu de concours en manège... Dans ces cas là pour la saison vous êtes pas sortis... Désolé pour vous ... La jument de trait et très jolie par contre ! Elle a toujours été habituée à sa cavalière actuelle ?

Armelle Perrot 21/05/2017 17:09

La jument, comme nous tous, s'inquiète de ce qu'elle ne connaît pas. Or c'était son premier concours en in-door. Donc, n'ayant pas le relâchement nécessaire, je l'ai arrêté. On ira travailler le saut dans des warm up en manège afin de l'habituer. Les émotions négatives peuvent être transformées en émotions positives. Cest la même chose en éthologie d'ailleurs.

Loulou26 21/05/2017 15:35

Malheureusement pour vous beaucoup de concours se font en extérieur ! Mais si vous n'arrivez pas à la maîtriser en extérieur pourquoi faire des concours ? Je n'ai pas compris... Vous dites que la jument est en total stress et vous continuez alors que vous dites dans vos article que vous montez pas pur plaisir ? C'est indécis ...

Loulou26 18/04/2017 09:34

À d'accord !

Armelle Perrot 24/02/2017 15:00

Si, mais certains chevaux ne sont pas à l'aise en in-door pour sauter. Visiblement, c'est son cas !